Status des médecins hospitaliers

Status des médecins hospitaliers
Identifiant : 
Mot de passe :   
Mot de passe perdu ?

Status des médecins hospitaliers  La première base de données en ligne proposant une approche thématique de l'information juridique médicale.

  • Législation/Réglementation Des lois, des décrets, des arrêtés et extraits de codes organisés en un plan détaillé.
  • Jurisprudence Des décisions de justice commentées et inédites, sélectionnées pour leur pertinence et leur actualité.
  • Pratique Des réponses aux questions des professionnels.

À la une

• EIGS : le bilan partiel de la HAS [28/11/2018]

La survenue d'événements indésirables graves associés aux soins (EIGS) doit être déclarée par le professionnel et depuis mars 2017, et cela s'effectue sur le portail de signalement des événements sanitaires indésirables. A la clôture du traitement de la déclaration par l'agence régionale de santé, celle-ci transmet par voie électronique, à la Haute Autorité de santé les deux parties du formulaire de déclaration. La transmission se fait du système d'information « Veille et sécurité sanitaire » de l'agence régionale de santé vers le système d'information de la Haute Autorité de santé.La HAS est en mesure de dresser un premier bilan de ce nouveau dispositif et indique ainsi que 1 870 EIGS ont été déclarés de mars à décembre 2017 (voir son rapport annuel d'activité 2017 sur le retour d'expérience sur les EIGS).

"Pour cette première année d'analyse, la HAS dispose de trop peu de déclarations pour en tirer des enseignements et des conclusions généralisables. Toutefois, le travail effectué a permis de mettre en évidence des risques plus fréquemment déclarés :

  • 28 cas d'erreurs médicamenteuses, 36 événements générés par un geste opératoire ou technique, 51 cas de suicide, 43 cas de défaillances de diagnostic et 41 cas de chute. Ces risques sont déjà identifiés par les professionnels et les établissements, et pour la plupart, des recommandations de bonne pratique ainsi que des plans d'action ont déjà été élaborés. La HAS rappelle l'importance de ces travaux et invite les professionnels à s'en saisir davantage pour réinterroger leurs pratiques.
  • La HAS identifie un autre risque, moins connu en France : des départs de feu lors de l'utilisation d'un bistouri électrique au bloc opératoire. Pour l'éviter, la HAS publie une fiche décrivant concrètement les précautions et les solutions à mettre en place au sein des blocs opératoires.
  • Un autre point d'amélioration a été retenu par la HAS : il s'agit de l'information délivrée aux patients et à leurs proches en cas d'EIGS. L'analyse de la HAS montre en effet que dans près d'un cas sur deux (hors décès), le patient ou ses proches n'ont pas été informés de la survenue du problème. Or ce temps d'échange entre le soignant et le patient doit être systématique car, dans ces situations difficiles, il permet de prendre en compte les besoins et les attentes des personnes qui ont subi l'événement".

À noter que ce bilan intervient au moment de la semaine de la sécurité des patients qui a pour objectif de sensibiliser à l'importance de qualité de la prise en charge médicamenteuse.

• Le contrat type de praticien territorial médical de remplacement est disponible [28/11/2018]

L'arrêté du 22 novembre 2018 propose un nouveau contrat type de praticien territorial médical de remplacement. Ce contrat prend place aux côtés des diverses modalités de contractualisation avec les offreurs de services de santé : contrat de praticien territorial de médecine générale, contrat de praticien territorial de médecine ambulatoire, contrat de praticien isolé à activité saisonnière et contrat de praticien territorial médical de remplacement.

• Les propositions de la FHF sur l'attractivité médicale [22/11/2018]

La FHF propose " vingt pistes d’actions concrètes, articulées autour de trois axes prioritaires, et qui se veulent à la hauteur des enjeux et de nature à envoyer des signaux forts aux professionnels de santé".
La première priorité est de définir une stratégie par les territoires.
La deuxième est de promouvoir l'exercice hospitalier et surtout, de mieux le reconnaître au plan financier.
La dernière priorité porte la pratique et la FHF propose d'adapter la formation initiale et continue aux évolutions de l'exercice médical.

Toutes les brèves

Une question ou une difficulté,
n'hésitez pas à consulter la FAQ ou à nous contacter